PROPRETÉ

LE DÉFI DE LA PROPRETÉ

La commune a consenti de sérieux efforts pour renforcer les équipes de la propreté publique. Une centaine de personnes y sont affectées.
Le nettoyage quotidien des voiries est assuré (balayage, vidange de 400 poubelles,..).

Des services d’intérêt général sont proposés :    enlèvements – hors horaires règlementaires – des poubelles des citoyens s’absentant pour plusieurs jours, déchetteries mobiles, enlèvement gratuit des encombrants,…

Diverses initiatives ont été prises dans le cadre des animations (présence de conteneurs des Petits Riens lors des brocantes), tri sélectif sur le marché du Midi…

Le service est confronté à de multiples défis, comme les dépôts clandestins, la multiplication des tags, l’absence de respect de l’espace public, les nuisances diverses liées à certains événements (Foire du Midi, conséquences des activités nocturnes de quartiers mitoyens ,…), les trafics divers, la consommation nocturne d’alcool sur la voie publique,…

 

Mais, il faut déplorer les dysfonctionnements constatés dans la gestion régionale de la propreté publique et l’absence de réactions efficaces aux plaintes des citoyens et des autorités communales. Les horaires de ramassage ne sont adaptés ni à la ville, ni aux noyaux commerciaux.

 

Les rues sont jonchées de sacs de toute nature. L’information permanente des citoyens n’est pas assurée.

Les jours de ramassage des caisses et cartons, il faut parfois attendre 17 heures pour qu’il soient enlevés alors qu’ils sont déposés la veille, offrant un spectacle inacceptable des rues commerçantes et des zones touristiques.

Le service public régional doit être assuré !

 

 

 

RENFORCEMENT DES ÉQUIPES POUR COMBATTRE LES TAGS

Les trois équipes du personnel communal en charge du nettoyage des tags dans l’ensemble des quartiers ont été renforcées tant le vandalisme et l’atteinte aux biens privés se répand à Bruxelles. Leur répression suppose un constat de flagrant délit.

Un projet de réalisation de fresques artistique sur les volets tagués des commerces est en cours de réflexion avec les associations de commerçants, des écoles d’enseignement artistique.. Un budget a été affecté au projet par l’asbl ENTREPRENDRE A SAINT-GILLES.

Les propriétaires qui refusent l’enlèvement des tags au détriment de la qualité de l’environnement patrimonial pourront désormais faire l’objet de la taxe sur les façades délabrées.

Publicités