MOBILITÉ ET STATIONNEMENT

MOBILITÉ PLURIELLE ET PROBLÉMATIQUE DU STATIONNEMENT

 

Plusieurs initiatives ont été prises pour garantir la diversité des modes de déplacement et répondre aux attentes de nombreux citoyens et au souci partagé d’améliorer la qualité de l’air et l’intensité du bruit dans les quartiers.

Cliché mixité de moyens de transport (CV 14)

La mobilité plurielle se développe.

Nombre de citoyens diversifient leurs modes de déplacement : marche, vélo, trottinette, …transport en commun, voiture personnelle ou partagée.

La protection des modes de déplacement doux a fait l’objet de plusieurs mesures de protection – aménagement des traversées pour piétons, itinéraires cyclables,.. – et divers projets sont engagés.

Le nombre d’immatriculations de voitures est en diminution.

La commune est très bien desservie en transports publics.

La gare du Midi constitue un nœud multimodal de premier plan qui sera renforcé dans le cadre du Plan régional d’Aménagement Directeur du quartier qui réorganisera la mobilité autour de la gare en préservant les quartiers riverains.

La Région et la STIB ont mis en chantier le réaménagement de façade à façade des voiries empruntées par le tram 81, rue Théodore Verhaegen, avenue De Jaer et le long de l’Hôtel de Ville.

Les prochaines étapes – réaménagement des rues Bréart, Moris et de l’Aqueduc ainsi que les abords de la Trinité – devront tenir compte des attentes des habitants.

Divers projets ont été combattus par la Commune, comme la suppression de la traversée de l’avenue du Roi au niveau de la rue de Mérode qui aurait engendré d’inutiles encombrements de circulation.

L’évolution du tracé du métro sud entraînera la suppression de la trémie du tram avenue Albert et sa mise en circulation en surface en direction, à terme, de la place Rochefort. La traversée de l’avenue Albert, au débouché de l’avenue Ducpétiaux sera alors supprimée.

La commune s’inscrit dans une volonté d’amélioration de l’environnement et de la diminution de la pollution de l’air.

Toutes les voiries communales sont à présent en Zone 30.

La Région a adopté un plan de répartition de bornes de rechargement pour les véhicules électriques sur les voiries régionales. La commune sera associée à la localisation des bornes sur son territoire.

La commune connaît – de longue date – un important trafic de transit aux heures de pointe dans les artères principales et quelques voiries locales reliant le sud de Bruxelles au centre-Ville, mais subit aussi des traversées de zones plus résidentielles – notamment dans les quartiers Louise (entre Petite Ceinture et chaussée de Charleroi) , de l’Hôtel de Ville (entre Demeur et Ducpétiaux) et du Midi (entre chaussée de Forest et Fonsny) – encouragées par les applications d’aide à la circulation alternative. Il faut entendre les habitants de ces quartiers, soucieux de leur tranquillité.

Un plan alternatif efficace au transit automobile ne peut évidemment s’imaginer sans concertation avec les communes riveraines et l’autorité régionale.

La commune subit aussi le transit de camions ou véhicules de livraison au gabarit inadapté à la circulation en ville que seule une règlementation régionale s’appliquant à l’ensemble du territoire, pourrait réguler.

La commune s’est opposée à l’installation d’une enseigne de la grande distribution qui aurait généré rue Saint-Bernard et Chaussée de Charleroi un surplus quotidien de quelques centaines de véhicules…

L’évolution du parc automobile – notamment le gabarit des voitures – pose problème dans certaines artères où le passage du tram est souvent bloqué. Dans les voiries régionales, la suppression d’emplacements de parking pour pallier le problème reste d’office le premier choix de la Région. Ce fut récemment le cas chaussée de Charleroi.

Arceaux vélos (CV 15)

L’usage du vélo par un nombre croissant de citoyens a induit diverses mesures à l’échelon communal: aménagement de box sécurisés, nouveaux itinéraires cyclables, multiplication des arceaux, protection renforcée aux carrefours…Ces dispositifs favorisant la diversité des modes de déplacement et leur sécurisation doivent s’inscrire dans une volonté de respect mutuel de l’ensemble des usagers de l’espace public.

La place du piéton dans la commune est renforcée : requalification et sécurisation des espaces piétonniers (Parvis, Goulet et Quartier Louise, square Franck,..) , sécurisation des traversées des carrefours, notamment pour les PMR,.. D’autres espaces doivent être adaptés.

Le stationnement constitue une préoccupation pour nombre de citoyens.

La commune connaît un développement tant démographique qu’économique.

Si la rotation de l’utilisation des emplacements de parking est relativement assurée en journée, à l’exception de la proximité du Parvis (densité commerciale, marché…), c’est extrêmement compliqué en soirée : habitat densifié, réseau renommé de restaurants qui attirent une clientèle extérieure (même si certains disposent d’emplacements privés pour leur clientèle), voisinage du marché du Châtelain, activités culturelles,…

Les nombreux chantiers des dernières années, notamment régionaux, ont supprimé un nombre important d’emplacements de parking (parfois illicites).

D’autres chantiers sont annoncés sans qu’une alternative concomitante aux travaux ne soit proposée : itinéraire cycliste régional sur la Petite Ceinture, réaménagement d’espaces publics (place Marie Janson, Toison d’Or,…), contrats de quartier,…

Les parkings privatifs ne sont pas légion et les parkings publics hors voirie sont concentrés à proximité du Quartier Louise, à la gare du Midi et Porte de Hal (sur le territoire de la Ville) où la plupart des places sont abonnées et occupées dès 7 h du matin (Hôpital Saint-Pierre, Bordet,…) sachant aussi qu’aucun accès n’est situé côté Saint-Gilles.

Les parkings des espaces commerciaux sont difficilement accessibles en soirée pour des impératifs de sécurité, d’horaire…

Le Foyer du Sud met 300 emplacements de parking à disposition des habitants.

Le MR a soutenu le Plan d’Action Communal de Stationnement qui

harmonise la gestion des horodateurs dans les zones partagées avec les communes voisines

confie à l’Agence Régionale du Stationnement la recherche d’alternatives à la suppression de places de parking notamment hors voirie et l’amélioration nécessaire du stationnement en soirée

la multiplication des espaces de stationnement pour vélos et une sécurité accrue pour leur circulation

l’encouragement au partage de voitures avec le plan Autopartage

les facilités accordées aux fonctions de service à domicile et en particulier les visites des professions libérales.

L’ensemble du territoire saint-gillois est mis en parking payant.

En attendant le marché public pour le renouvellement des horodateurs, des bornes intelligentes seront placées dans les zones rouges de la commune (enregistrement de la plaque d’immatriculation, un quart d’heure gratuit par jour, …).

 

MOBILITÉ PLURIELLE ET STATIONNEMENT
BON SENS ET ÉQUILIBRE

 

La mobilité plurielle se développe.

La commune est bien desservie en transports publics.

Panneau Zone 30 (CV11/ 18)

L’ensemble des voiries communales sont mises en Zone 30.

Diverses initiatives ont renforcé la protection des modes doux de déplacement : traversées piétonnes réaménagées, protection des piétonniers, itinéraires cyclables, box et arceaux pour vélos,..

La ville est congestionnée par l’excès de véhicules de navetteurs. Le réaménagement du quartier du Midi constitue une belle opportunité pour favoriser l’accès à la ville en transport public en créant une gare routière à l’entrée de Bruxelles.

Mais, l’usage de la voiture reste une nécessité pour nombre de Saint-Gillois pour diverses raisons, notamment familiales ou professionnelles.

La densité commerciale et Horeca de Saint-Gilles attire aussi de nombreux clients extérieurs qui doivent pouvoir accéder aux noyaux commerciaux.

La suppression annoncée d’emplacements de parking (réaménagement divers, itinéraires cyclistes régionaux…) impose la recherche d’alternatives pour garantir le parking dans l’ensemble des quartiers, et, en particulier en soirée.

La mixité fonctionnelle des quartiers (logements, infrastructures scolaires, sportives,…services administratifs – conciergerie de quartier…-  diversité de commerces, de cafés et restaurants…) favorise la mobilité douce.

De nouvelles normes de mobilité contribueront au souci collectif d’amélioration de l’air et de l’intensité sonore dans les quartiers.

Les sites de voitures partagées ont été multipliés.

Le MR défend une politique de la mobilité plurielle et du stationnement, non exclusive, équilibrée et de bon sens, basée sur le respect mutuel des usagers de l’espace public.

Publicités