DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE

LE MR AU SERVICE DES CLASSES MOYENNE : UNE DYNAMIQUE ÉCONOMIQUE RÉUSSIE POUR SAINT-GILLES

Le MR, en charge au sein du Collège du Développement économique et des Marchés, s’engage POUR

  • poursuivre le développement économique axé sur une offre commerciale diversifiée ( en produits et en prix ), dans l’ensemble des quartiers, favoriser la dimension durable de l’activité économique initiée au cours de cette législature ; maintenir l’équilibre entre commerces de proximité et franchisés du secteur de la grande distribution ; soutenir le secteur de l’artisanat.

Dans ce cadre, le MR veut développer le partenariat initié entre l’échevinat du Développement économique, Hub.Brussels (ATRIUM) et le Centre d’Entreprise VILLAGE PARTENAIRE (GUICHET D’ECONOMIE LOCALE) qui a permis l’accompagnement de quelque 50 nouvelles implantations commerciales aux concepts innovants en phase avec les attentes de la population, notamment dans le secteur de l’alimentation (artisans, produits frais, circuits courts, bio, vrac,..)

  • obtenir de la Région la création d’une agence immobilière commerciale permettant, en partenariat avec la Commune, la requalification du noyau commercial du Centre de Saint-Gilles, garantissant la mixité des commerces et la qualité de l’offre

 

  • proposer un plan global de relance du quartier commerçant du Centre de Saint-Gilles (axe Barrière-Chaussée de Waterloo-Porte de Hal-rue du Fort) : requalification de l’espace public, organisation de l’accessibilité, du stationnement et des zones de livraisons, restructuration de surfaces commerciales et rénovation des logements aux étages de certains commerces en partenariat avec les organismes publics compétents et le secteur privé,…

  • poursuivre le développement économique de l’axe Ma Campagne-Janson-Louise en veillant à l’équilibre entre commerces de proximité et spécialisés et les enseignes franchisées de la grande distribution

 

  • exiger de la Région un accompagnement qualitatif du Haut de la Ville, digne de la Capitale de l’Europe, dans un quartier qui est et doit rester un lieu-phare du commerce haut-de-gamme de Bruxelles (espace public, éclairage, mobilier urbain, décoration florale…)

 

  • conscientiser les commerçants non domiciliés à l’image de leur quartier (respect des horaires de sortie des poubelles, emballages, cartons…), et à la nécessaire solidarité entre acteurs économiques

 

  • veiller, dans le cadre du Plan régional d’Aménagement Directeur du Quartier du Midi à l’affectation des espaces commerciaux et de services en phase avec les attentes des usagers du transport ferroviaire, du personnel des administrations publiques et des entreprises privées et celles – légitimes – des habitants du quartier

 

  • encourager le maintien de cafés populaires, lieux de rencontre, de mixité et de cohésion sociale

 

  • exiger de la Région et de l’Agence Net. Brussels (Bruxelles Propreté) des mesures immédiates pour assurer, dans les axes commerçants, un ramassage des cartons et autres déchets en tout début de matinée et non en fin d’après-midi, comme c’est le cas aujourd’hui, et de programmer un « plan propreté » en phase avec l’activité économique des quartiers, notamment dans les zones à forte concentration de restaurants

 

  • créer un « guichet unique interservices » pour le traitement des demandes d’ouverture d’un commerce ou d’un établissement afin de réduire la durée d’instruction des dossiers qui pénalise financièrement les investisseurs

 

  • maintenir une fiscalité réaliste en faveur du secteur économique

 

  • obtenir une étude d’incidences pour tout projet ayant un impact sur l’activité économique, la création systématique d’une cellule d’accompagnement des entreprises et commerçants impactés (services, entrepreneur,…)

 

au niveau des MARCHES :

  • évaluer  la réorganisation du MARCHE DU PARVIS qui a retrouvé son emplacement historique sur les petit et grand Parvis, et qui, en semaine et le week-end, connaît une requalification souhaitée ainsi que la création d’un nouveau marché « PRODUITS FRAIS » le mercredi, et le maintien du « MARCHE GOURMAND » le jeudi sous les arbres de la place Marie Janson (Carré Moscou) ; compléter l’activité proposée le week-end par un marché plus spécialisé (poursuite d’une brocante le dimanche rue du Fort, marché aux livres..sur le Carré Monnaies en cours de réflexion)
  • maintenir le MARCHE VAN MEENEN et son « allée gourmande » dans sa configuration actuelle, en phase avec le secteur Horeca du quartier et le respect de la tranquillité des habitants et de l’accessibilité à leurs immeubles
  • réorganiser le MARCHE DU MIDI en l’adaptant aux impératifs liés à l’aménagement programmé de la station de métro « Constitution » et aux travaux de réaménagement des abords de la Gare du Midi
  • valoriser les invendus alimentaires
  • organiser un plan de réduction des déchets sur les marchés

 

  • poursuivre l’action et la modernisation du CENTRE D’ENTREPRISES « VILLAGE PARTENAIRE » au service du développement durable (espaces de coworking, économie du partage d’expériences,…), l’accompagnement professionnel du GUICHET D’ECONOMIE LOCALE et l’octroi de bourses pour des projets durables accordées par « VILLAGE FINANCES » qui contribuent au développement de commerces et d’entreprises orientées « développement durable » et porteuses d’emplois
  • souhaite, dans le cadre du Pacte Local pour l’Emploi, de disposer d’une banque de CV de jeunes susceptibles d’être engagés dans le cadre de projets portés par des investisseurs s’adressant au GUICHET D’ECONOMIE LOCALE

 

veut encourager la réorganisation – en cours – du secteur associatif des axes commerçants pour fédérer commerçants, habitants, propriétaires d’immeubles à vocation commerciale, des acteurs culturels,…autour de projets visant à valoriser, promouvoir, animer et solidariser les quartiers commerçants$

 

  • soutenir les projets publics et privés d’économie circulaire : notamment, LA RECYCLERIE – et l’aménagement d’une HALLE ALIMENTAIRE ( 164, rue Théodore Verhaegen), organisant dans une démarche coopérative et en lien avec le secteur commerçant et Horeca, des activités de production, de transformation, de formation, de vente et de restauration

 

  • veut renforcer les liens entre les acteurs économiques et le secteur de la formation et de l’insertion socio-professionnelle visant la mise à l’emploi des jeunes en attente d’emploi, et encourager l’esprit d’entreprise à l’école.
Publicités