21 Michaël GOETYNCK

Saint-Gillois depuis 1990, j’ai choisi cette commune pour y étudier l’architecture à Saint-Luc. Mon diplôme d’architecte en poche je suis resté à Saint-Gilles parce que je m’y sentais bien. Saint-Gilles est une commune dynamique, multiculturelle, vivante, urbaine, artistique, …

J’ai alors voulu m’investir dans la « gestion de la cité » et j’ai rejoint l’équipe libérale menée par Patrick Debouverie. Je suis conseiller au CPAS depuis 2003 et à ce titre je m’investis plus particulièrement dans le secteur de l’insertion socio-professionnelle des jeunes Saint-Gilloises et Saint-Gillois. Je suis convaincu que la formation est un atout important pour trouver un emploi aujourd’hui à Bruxelles et que le travail est un des meilleurs moyens d’émancipation. C’est pourquoi nous mettons tout en œuvre pour aider les jeunes à suivre des études ou des formations et ensuite à chercher un boulot, chacun selon ses capacités et en tenant compte des réalités du marché de l’emploi.

Architecte et urbaniste de formation, je dirige actuellement le service de l’urbanisme de la Ville de Bruxelles. Les plans d’aménagement urbains, la mobilité, le développement des quartiers et l’aménagement de l’espace public sont donc au cœur de mes préoccupations et je tâche de mettre mon expérience professionnelle au service des Saint-Gillois pour contribuer au développement harmonieux de notre commune. De grands enjeux urbanistiques se profilent à l’horizon avec en particulier le développement du quartier du Midi et le développement d’un nouveau quartier sur le site de la prison.

J’ai longtemps habité dans le « haut » de Saint-Gilles mais depuis 2013 j’habite dans le quartier de la gare du Midi. Ce quartier qui se développe autour de la plus grande gare du pays possède de nombreux atouts, notamment en termes de mobilité, et il pourrait devenir un quartier plus agréable si le développement de ce quartier est maîtrisé en améliorant la qualité des espaces publics, en y développant des logements de qualité et en améliorant l’offre commerciale de proximité, je m’engage à mener ce combat avec vous.

Enfin, père de deux filles de 11 et 14 ans, je souhaite offrir à mes enfants la possibilité de vivre en sécurité dans notre belle commune afin qu’elles puissent profiter de tous les atouts de la vie urbaine.

Publicités